Posts Tagged ‘Nathalie Le Boucher’

LE BOUCHER Nathalie

Nathalie Le Boucher est à la fois conteuse et danseuse de Kathakali. Théâtre dansé de l’Inde, le Kathakali a développé un langage gestuel élaboré et complet permettant de représenter aussi bien un animal, une fleur, un paysage, un objet que d’exprimer toute la palette des sentiments.

Après une formation de comédienne, elle part en Inde en 1992 et y séjourne 8 ans au cours desquels, tout en poursuivant son apprentissage du répertoire, elle danse dans les temples et enseigne sa discipline. Parallèlement, elle se forme aux techniques de base du Mohiniattam, danse féminine traditionnelle du Kérala, au style fluide et léger, complémentaire de celui du Kathakali, puissant et énergique.

En 1996, elle rencontre Bruno de La Salle qui l’initie à l’art du conte et elle intègre l’atelier Fahrenheit 451. Désireuse d’associer à un contexte occidental la force expressive du Kathakali, elle travaille sur l’association du geste et du mouvement avec l’art de la parole. Sur un ton à la fois empreint de sérieux et d’humour, fidèle à l’esprit narratif indien, elle raconte aussi bien la mythologie indienne que les récits de la petite enfance ou les Fables de la Fontaine, donnant à ces récits un souffle nouveau et une saveur particulière…

Spectacles

Méga Nada
Les Fables de La Fontaine

La Naissance du Monde et autres mythes de l’Inde

à découvrir aussi sur demande :
Papoum
Assuras
Brunette et les 3 ours

Formation

Raconter en mouvements

 

Retour Page Conteurs

La Naissance du Monde

 

… et autres mythes de l’Inde

par Nathalie Le Boucher

  • 1h20 (ou version enfants 1h)
  • tout public à partir de 10 ans

 

“Brahma ! Wake up ! It is time for creation !!!” Réveillé par le dieu tout puissant Vishnu, le dieu créateur Brahma se met enfin à l’oeuvre. Il crée le ciel, la terre, les mondes obscurs… et l’Aurore… – “My God, What a beauty !“. Le dieu Brahma n’avait jamais créé une Aurore aussi belle… des cheveux rouges flamboyant qui ondulent sur un corps d’une volupté… le coeur de Brahma se met à battre la chamade, un désir impérieux envahit tout son corps : il s’élance sur la belle Aurore qui bondit sur la terre et prend la fuite.. Sous la forme d’une jument, elle galope… Brahma la rattrape sous la forme d’un étalon et sous le regard ahuri du dieu Vishnu : – “Ayo Brahma Enda cheyyunu ? Please stop it !!!”…. Des dieux qui s’expriment dans un mélange d’anglais-indien désopilant et de Malayalam (langue du Kérala), et nous voici projetés en un instant dans l’univers sonore de l’Inde… Tantôt petit dieu Vishnu tétant le bout de son orteil, tantôt dieu Brahma créant le monde, tantôt l’Aurore fuyant sous la forme d’une jument ou d’un oiseau, démon perfide, montagne tourbillonnante brassant l’océan de lait qui contient le nectar d’immortalité, ou encore le dieu Indra séduisant la femme d’un sage…

Nathalie Le Boucher nous fait revivre la Création et voyager au cœur de l’Inde et de sa mythologie : un univers débordant à la fois de sérieux et de truculence, où les dieux, esprits fantasques, sont en proie aux plus grandes passions ; où les démons, au caractère à la fois diabolique et naïf, se laissent berner par les dieux… des personnages mythiques qui débordent d’humanité !

Les Fables de La Fontaine

par Nathalie Le Boucher
d’après La Fables de Jean de La Fontaine

  • 1h
  • tout public à partir de 8 ans

 

Tantôt Lièvre qui se pavane, se prélasse, broute, s’exerce à la nage, à la danse, aux jeux… ; tantôt Moucheron qui tel un chevalier vêtu de son armure, lance à la main, fond sur le Lion et le provoque au combat ; Grenouille qui se veut être plus grosse que le Bœuf et qui se met à gonfler, gonfler, gonfler…

Nathalie Le Boucher « dit » et danse les fables. Dans les Fables, La Fontaine laisse peu de place à la description. En quelques mots, il dessine un personnage, esquisse un décor et lance l’action. Alors on voit et on entend la cruche de la laitière qui tombe, se brise et le lait qui s’écoule sur le pavé ; on a la sensation d’être cette tortue suspendue dans les airs, à la fois peu rassurée mais bien trop fière d’être au-dessus des autres… « Par un maniement suprêmement habile des codes du langage et de l’écriture, La Fontaine arrive à mobiliser notre attention. Il stimule et éveille notre imaginaire qui prolonge et achève, malgré nous, l’acte créateur du fabuliste… »

Inscrivez-vous à la Newsletter

Login