Posts Tagged ‘épopée’

LA NUIT DES MYTHOLOGIES

 

LA NUIT DES MYTHOLOGIESflyer_nuit-des-mythologies_recto_light

Dans la nuit du 28 au 29 janvier 2017

De 18h à 9h Au Mandapa

La nuit du 28 au 29 janvier 2017, de 18h à 9h, sera une nuit de fête ! Le CLiO et le Mandapa célèbrent ensemble « La Nuit des Mythologies, Héros et Grands Textes Patrimoniaux ». Nous aurons l’opportunité d’y rencontrer de grands héros de la littérature orale internationale.

Téléchargez le dossier complet en cliquant ici
ou sur le lien calaméo ici

Le Chant de l’Odyssée

Une création de Bruno de La Salle

Texte : Homère, dans la traduction de Victor Bérard
Adaptation : Bruno de La Salle
Interprétation : Bruno de La Salle, récit et musique (accompagnement d’un cristal Baschet)
Genre : incontournable !
Durée : version intégrale de 6 heures (entractes inclus) ou extrait choisi, version de 1h30

Cette récitation est l’œuvre de toute une vie. Un chef d’œuvre de la littérature orale. Après en avoir donné au festival d’Avignon une première lecture de 8h en 1981, proposant ainsi la première
« nuit blanche » du festival, et une version aboutie en 1991, Bruno de La Salle continue la récitation de cette épopée fondatrice de la culture européenne. Car la figure d’Ulysse et la poésie d’Homère sont d’une richesse infinie…

 

Le mot de Bruno de La Salle

« Depuis son écriture, vers le VIIe siècle avant J.C, l’Odyssée connaît un destin extraordinaire et exemplaire, fait d’abandons et de retrouvailles, qui en fait le témoin de la pensée occidentale. Dès l’instant où j’ai pénétré dans cet extraordinaire chemin de mots, j’étais encore enfant, j’ai su que je devrais le traverser.
Depuis, s’est affirmé en moi, le besoin de l’entendre et de le faire entendre, dans la mesure de mes moyens, aussi simplement qu’il l’avait été à sa naissance. J’ai voulu, pour cela, me rapprocher, autant que possible, des techniques utilisées encore aujourd’hui par les griots africains ou les bardes turcs ou indiens, comme le faisaient, d’une façon comparable sans doute, les aèdes et les rhapsodes grecs. L’adaptation a été réalisée dans l’intention de restituer en français, et pour un public contemporain, les qualités orales, narratives, poétiques et musicales du texte d’Homère. »
Bruno de La Salle

 

Le mot de la presse

« La chose est incroyable, surnaturelle et merveilleuse. L’évènement est fascinant. Figurez-vous que pendant trois heures, ici, à Toronto, le vieil Homère en personne s’est matérialisé et a envoûté un auditoire des meilleurs vers de l’Odyssée. C’est un étrange pouvoir que celui de faire voyager une salle, presque concrètement, de repousser ses murs, de les effacer petit à petit, de les changer en une mer rendue furieuse par le rancunier Poseidon, ou en une caverne puante, celle du cyclope Polyphème et de son troupeau immense. Ce pouvoir, c’est celui des conteurs. Celui d’Homère, mais aussi celui de Bruno de La Salle. Un pouvoir que l’on acquiert au prix d’un immense travail. Artistique, mais aussi de mémoire. UN SPECTACLE EXCEPTIONNEL. »
Raphaël Lopoukhine, Le Metropolitan de Toronto, 15 décembre 2010

 

 

Robert le Diable

Fleury Nadynepar Nadyne Fleury

  • 1 h
  • adultes et adolescents

 

Robert, depuis sa naissance, maltraitait et éprouvait son entourage. Adulte, Robert commit des crimes et devint chef d’une bande de brigands. Un jour, il prit conscience de ses actes et fut effrayé par son comportement. Il arracha alors à sa mère le secret de sa naissance : « pour t’avoir, mon fils, j’ai dû vendre ton âme au diable ! »

Robert s’enfuit de son pays pour aller reprendre son âme au diable…


E

Epopée : Long poème ou vaste récit en prose au style soutenu qui exalte un grand sentiment collectif souvent à travers les exploits d’un héros historique ou légendaire.

« … je crois que l’épopée retrouvera sa place chez nous. Je crois qu’un jour le poète sera à nouveau le créateur, le faiseur au sens antique. J’entends qu’il sera celui qui dit une histoire et qui chante. Et nous ne verrons pas là deux activités différentes, pas plus que nous ne les distinguons chez Virgile ou Homère. »
 Jorge Luis BORGES, L’Art de la Poésie, éd.Gallimard.

Les épopées tiennent une place particulière dans l’ensemble des œuvres de littérature orale. Elles sont un monument en soi, contenant presque tout ce qui compte et qui est transmissible par des mots dans la communauté : vocabulaire, tournures de phrase et prosodie, proverbes et adages, chansons, généalogies, toponymie, mythologie, … Elles chantent les hauts faits des dieux et des hommes mais empruntent aussi de nombreux motifs au répertoire du merveilleux ancestral. C’est pourquoi elles restent souvent emblématiques de leur civilisation.

A l’origine, elles n’étaient pas écrites et cependant composées en vers ou en prose rythmée, le plus souvent déclamées ou chantées et accompagnées d’un ou plusieurs instruments de musique. Elles pouvaient être improvisées en formes et en durée selon des règles de composition et de prosodie si élaborées qu’il serait difficile d’en envisager la pratique aujourd’hui. Les plus grands poètes connus ou anonymes les ont composées et elles demeurent une référence, une source d’inspiration et de conduite pour les civilisations qui peuvent s’en prévaloir.

Apprendre et travailler les épopées fait partie de la scolarité du conteur contemporain, il le fait dans le but de se former à son métier à travers les travaux de ses prédécesseurs, c’est-à-dire les conteurs, mais aussi les bardes, les aèdes, les griots dont les oeuvres et la connaissance ont été négligées par les sociétés de l’écriture. Il le fait pour se préparer à inventer, à son tour, comme tout artiste, un récit correspondant à lui-même et au monde dans lequel il vit. Quand il a terminé ces explorations et ces copies, le conteur a plusieurs solutions, tout inventer ou s’inspirer des formes et des idées dont il a appris le maniement.

Nous voyons, à travers cette forme universelle et ses déclinaisons dans les sociétés qui nous ont précédées ou qui nous environnent, l’occasion de célébrer et de faire comprendre l’importance des arts de la parole dans les communautés humaines. Elle nous donne l’occasion, à partir de récits emblématiques, de rassembler et faire vivre l’ensemble des formes orales et des idées fondatrices d’une culture et de sa langue, la nôtre et celle des autres. Elle nous donne enfin la possibilité de tisser entre les peuples des relations fraternelles, respectueuses et égalitaires.

Bibliographie sur l’épopée

Accédez aux références complètes des recueils d’épopées et des études sur les épopées

 

 

Quelques éléments de bibliographie

Etudes :
– DUMEZIL Georges. Mythes et dieux des indo-européens. Paris : Flammarion, 1992. (Champs).
– ELIADE, Mircéa. Aspects du mythe. Paris : Gallimard, 1988. (Folio. Essais).
– VON FRANZ, Marie-Louise. Les mythes de création : processus créateur et modèles de créativité. La Fontaine de Pierre, 1982.
– FREUD, Sigmund. Totem et Tabou : interprétation par la psychanalyse de la vie sociale des peuples primitifs. Paris : Payot, 1989. (Petite bibliothèque Payot).
– LEVI-STRAUSS, Claude. Mythologiques (3vol.). Paris : Plon, 1964-68.
– JUNG, Carl Gustav. Introduction à l’essence de la mythologie. Paris : Payot, 1993. (Petite bibliothèque Payot).

Textes :
– HOMERE et MAZON, Paul (trad.). L’Illiade. Paris : Gallimard, 1975. (Folio).
– HOMERE et BERARD, Victor (trad.). L’Odyssée. Paris : Gallimard, 1973. (Folio).
– HESIODE. Les Travaux et les jours ; précédé de La Théogonie. Arléa, 1998. (Retour aux grands textes).
– SOPHOCLE et MAZON, Paul (trad.). Tragédies. Paris : Gallimard, 1983. (Folio).
– OVIDE et LAFAYE, Georges (trad.). Les Métamorphoses. Paris : Gallimard, 1992. (Folio).
– LONGUS et GRIMAL, Pierre (trad.). Daphnis et Chloé. Paris : Gallimard, 1991. (Folio).
– VIRGILE et PERRET, Jacques (trad.). Enéide. Paris : Gallimard, 1991. (Folio).
– BOTTERO, Jean (éd.). L’Epopée de Gilgamès : le grand homme qui ne voulait pas mourir. Paris : Gallimard, 1992. (L’Aube des peuples).
– CHOURAQUI, André (trad.). La Bible. Paris : Desclée de Brouwer, 1989.
– TISHBY, Isaïe. La Kabbale : anthologie du Zohar. Paris : Berg International, 1984. (Encyclopédie juive).
– GROSJEAN, Jean (trad.). Le Coran. Paris : Seuil, 1998. (Points. Sagesse).
– CHAUVIRE, Roger. L’épopée irlandaise (2 vol.). Rennes : Terre de Brume, 1995. (Bibliothèque celte).
– LONNROT Elias, et REBOURCET, Gabriel (trad.). Le Kalevala : épopée des Finnois (2 vol.). Paris : Gallimard, 1991. (L’Aube des peuples).
– STURLUSON, Snorri. L’Edda : récits de mythologie nordique. Paris : Gallimard, 1991. (L’Aube des peuples).
– BOYER, Régis (trad.). Sagas islandaises. Paris : Gallimard, 1987. Bibliothèque de la Pléïade).
– AMBERNI, Anny (trad.). Pop Wuh : le Livre des événements. Paris : Gallimard, 1990. (L’Aube des peuples).
– ANS, André-Marcel d’. Le Dit des vrais hommes : mythes, contes, légendes et traditions des indiens Cashinahua. Paris : Gallimard, 1991. (L’Aube des peuples).
– ERDOES, Richard et ORTIZ, Alfonso. L’oiseau tonnerre et autres histoires : mythes et légendes des indiens d’Amérique du Nord. Paris : Albin Michel, 1993. (Terre indienne).
– OTTE, Jean-Pierre. Les Aubes Sauvages, Les Aubes enchantées : les mythes de la création du cercle polaire à l’Océanie (2 vol.). Paris : Seghers, 1994-95. (Les Matins du monde).
– KOLPAKTCHY, Grégoire. Livre des morts des anciens égyptiens. Paris, Stock, 1993.
– FAULIOT, Pascal (adapt.). Le Ramayana. Paris : Casterman, 1990. (Epopée).
– GURU RINPOCHE. Le Livre des morts tibétains : la grande libération par l’audition pendant le bardo. Paris : Courrier du livre, 1998.
– HENRY, Teuira et JAUNEZ, Bertrand (trad.). Mythes tahitiens. Paris : Gallimard, 1993. (L’aube des peuples).
– MATHIEU, Rémi. Anthologie des mythes et légendes de la Chine ancienne. Paris : Gallimard, 1989. (Connaissance de l’Orient).


Inscrivez-vous à la Newsletter

Login