L’histoire

Trente ans de labours pour un sillon fécond

L’objet initial du CLiO est de rassembler les moyens permettant l’apprentissage de l’art du récit et de l’épopée, modèle d’excellence de toute littérature selon Bruno de La Salle.

Dix ans après ses débuts de conteur, Bruno de La Salle, que l’on considère comme l’un des principaux artisans du « renouveau du conte », constate que le mouvement qu’il a initié prend un essor inattendu. Il craint alors de voir la providence artistique que représente la littérature orale réduite au rang d’art mineur. C’est pourquoi il décide de fonder à Chartres, en 1981, le CLiO, « Centre de Littérature Orale ».

Durant les années quatre-vingt, le Centre de Littérature Orale est principalement un lieu de préparation et de production de grandes narrations collectives portées par Bruno de La Salle. Cependant le nombre d’aspirants-conteurs s’accroît régulièrement et avec lui, la nécessité de les accueillir et de les aider. Il devient nécessaire de mettre en place un programme régulier de formations et de manifestations, de créer un centre de documentation.

Ces réalisations sont rendues possibles grâce à la reconnaissance du CLiO comme structure d’intérêt national, accordée en 1987 par Robert Abirached, alors à la tête de la Direction du Théâtre et des Spectacles au Ministère de la Culture, ainsi que par l’aide des collectivités locales de la Région Centre, puis en 1995, par l’implantation du CLiO en Loir-et-Cher, à Vendôme.

C’est ainsi que Bruno de La Salle peut créer, en 1991, l’atelier Fahrenheit 451, dans le but d’offrir aux nouveaux conteurs la possibilité d’acquérir des capacités comparables à celles dont disposaient les conteurs d’antan.
Il y a reçu, entre autres, Jean-Claude Bray, Jeanne Ferron, Fiona Mac Léod, Philippe Campiche, Isabelle Jacquemain, Olivier Noack, Bruno Walerski, Vincent Pensuet, Guylaine Kasza, Marie-Claire Sauvée, Isabelle Sauvage, Gilles Bizouernes, Anne Boutin Pied, Isabelle Genlis, Magdalena Gorska, Marie Prète, Anne Leviel, Paule Latorre, Annie Kiss, Anne-Gael Gauducheau, Louis Marie Zaccaron Barthe… et y accueille toujours de jeunes conteurs, entourés de professionnels plus chevronnés.

En 1996, le CLiO se dote d’un site Internet pour promouvoir plus largement la pratique de l’oralité contemporaine, par la diffusion d’informations, l’accès à une base bibliographique et documentaire ainsi que la mise en ligne d’œuvres orales.

En 1997, il organise à Vendôme la Trace des Paroles, 1er Salon du Livre de Conte et des Conteurs. Ce salon est fondu dans EPOS, le festival des histoires que crée le CLiO en 2006. Cet événement d’une semaine complète au mois de juillet mêle les créations jugées exemplaires des conteurs de l’atelier Fahrenheit 451 à des récits portés par des conteurs du monde entier. La qualité et la variété du programme en fait un temps fort des arts du conte et de la parole qui résonne au niveau national. Le Centre de Littérature Orale devient le Conservatoire contemporain de Littérature Orale.

A l’invitation du Ministère de la Culture et en association avec la Maison du Conte et le Centre des Arts du Récit en Isère, le CLiO participe depuis 2002 au projet MONDORAL, qui a pour objet d’accroître la visibilité des arts de la parole et de structurer la discipline. Il est également membre fondateur du RNCAP (Réseau National du Conte et des Arts de la Parole).

Adhérer au CLiO

Contactez-nous !

Téléchargez le Bulletin

Inscrivez-vous à la Newsletter

Login