E

E

Epopée : Long poème ou vaste récit en prose au style soutenu qui exalte un grand sentiment collectif souvent à travers les exploits d’un héros historique ou légendaire.

« … je crois que l’épopée retrouvera sa place chez nous. Je crois qu’un jour le poète sera à nouveau le créateur, le faiseur au sens antique. J’entends qu’il sera celui qui dit une histoire et qui chante. Et nous ne verrons pas là deux activités différentes, pas plus que nous ne les distinguons chez Virgile ou Homère. »
 Jorge Luis BORGES, L’Art de la Poésie, éd.Gallimard.

Les épopées tiennent une place particulière dans l’ensemble des œuvres de littérature orale. Elles sont un monument en soi, contenant presque tout ce qui compte et qui est transmissible par des mots dans la communauté : vocabulaire, tournures de phrase et prosodie, proverbes et adages, chansons, généalogies, toponymie, mythologie, … Elles chantent les hauts faits des dieux et des hommes mais empruntent aussi de nombreux motifs au répertoire du merveilleux ancestral. C’est pourquoi elles restent souvent emblématiques de leur civilisation.

A l’origine, elles n’étaient pas écrites et cependant composées en vers ou en prose rythmée, le plus souvent déclamées ou chantées et accompagnées d’un ou plusieurs instruments de musique. Elles pouvaient être improvisées en formes et en durée selon des règles de composition et de prosodie si élaborées qu’il serait difficile d’en envisager la pratique aujourd’hui. Les plus grands poètes connus ou anonymes les ont composées et elles demeurent une référence, une source d’inspiration et de conduite pour les civilisations qui peuvent s’en prévaloir.

Apprendre et travailler les épopées fait partie de la scolarité du conteur contemporain, il le fait dans le but de se former à son métier à travers les travaux de ses prédécesseurs, c’est-à-dire les conteurs, mais aussi les bardes, les aèdes, les griots dont les oeuvres et la connaissance ont été négligées par les sociétés de l’écriture. Il le fait pour se préparer à inventer, à son tour, comme tout artiste, un récit correspondant à lui-même et au monde dans lequel il vit. Quand il a terminé ces explorations et ces copies, le conteur a plusieurs solutions, tout inventer ou s’inspirer des formes et des idées dont il a appris le maniement.

Nous voyons, à travers cette forme universelle et ses déclinaisons dans les sociétés qui nous ont précédées ou qui nous environnent, l’occasion de célébrer et de faire comprendre l’importance des arts de la parole dans les communautés humaines. Elle nous donne l’occasion, à partir de récits emblématiques, de rassembler et faire vivre l’ensemble des formes orales et des idées fondatrices d’une culture et de sa langue, la nôtre et celle des autres. Elle nous donne enfin la possibilité de tisser entre les peuples des relations fraternelles, respectueuses et égalitaires.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Adhérer au CLiO

Contactez-nous !

Login